27 août 2007

Crète été 2007: sur les pas de Zeus

Avant tout, la traversée de la Méditerranée, le passage au-dessus du Lac Léman célèbre pour ses 24heures, au dessus de Parme, célèbre pour son jambon et Bologne pour ses spaghettis. Mais avant tout cela encore, la nuit fut courte. A peine 4 heures de sommeil, une fois le top de minuit enclenché, et à 4h le réveil nous éveille. Peut-on se plaindre quand il nous conduit en vacances ? Quelques 8h plus tard, une fois digérées toutes les spécialités italiennes que nous avons survolées, nous arrivons enfin au-dessus de la Grèce… au-dessus du Péloponèse qui brûle. On voit depuis le hublot les fumées saumâtres qui couvrent la région toute entière. Tandis que l’été 2007 devait rester dans les mémoires françaises comme un été moisi, entre froid, vent et pluie, il restera là sinistre, Eole qui tue, détruit et calcine. Les dieux sont parfois de beaux salopards.

Arrivées enfin à Heraklion, les flammes de la péninsule semblent lointaines. La compassion du touriste s’arrête où commence son plaisir. Cynisme : école philosophique de la Grèce antique, fondée par Antisthène…. Autrement dit, lorsqu’on a peu de temps, l’essentiel est de jouir. Epicurisme

A l’aéroport d’Heraklion, nous découvrons les meutes de touristes qui se rassemblent à l’extérieur devant les petites cabanes en bois des tour-opérators. On dirait un marché de Noël, mais ce n’est que la distribution des vacances d’été. Enfin, nous avons notre programme, notre voiture et nous filons vers le centre de la capitale crétoise à quelques kilomètres de là. Bien sûr, il nous fallut nous perdre, mais après de sinueux détours, nous trouvons notre hôtel au bout d’une rue dont l’étroitesse est remarquable. Dans cette traversée d’Heraklion, looking for the hotel, nous avons déjà vu l’architecture anarchique, les sols secs à n’en plus finir, la circulation erratique.
Le guide (Lonely, Routard, je ne sais plus) ne semblait pas se tromper, à recommander un passage-éclair à Héraklion.

Et puis, nous partons manger puisque c’est déjà l’heure, et autant dire que nous l’attendons ce régime crétois aux vertus célébrées.

IMG_2791

Tout de suite, Heraklion se pare de couleurs sympathiques : sur une placette ombragée, nous dégustons la salade qui deviendra l’incontournable du séjour (tomates, fetas, olives, salade verte), des beignets de… épinards peut-être (je ne sais plus !!), et le yahourt au miel, autre délice local. Qui plus est, le charmant serveur nous offre et du gâteau et du raki !!... Le guide faisait erreur ! Heraklion est bien aimable.

Nous déambulons dans ses rues, visitons son musée archéologique en pleins travaux et réduit à quelques pièces d’expositions (suffisante néanmoins pour constater la richesse de cette civilisation, entre les fresques éblouissantes et les bijoux d’un raffinement inouï.

Le soir venu, nous allons déambuler au port. La forteresse vénitienne est enveloppée d’une lumière dorée ; fantôme qui veille sur la ville. Le vent souffle fort sur la jetée, la nuit est belle.
Tandis qu’au dîner, nous levons nos verres emplis d’un vin blanc agréable au palais, nous nous disons que ce séjour a fort bien commencé.

Posté par Polyeucte à 22:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Crète été 2007: sur les pas de Zeus

Nouveau commentaire